Afin d´accéder à toutes les fonctionnalités de ce site internet, l'installation de Flash et JavaScript est préconisée.
Télécharger
Flash-Plugins cliquez-ici.

D'Ieteren en bref.

D’Ieteren est un groupe de services à l’automobiliste fondé en 1805 qui sert près de 13 millions de clients particuliers et professionnels dans 33 pays. Il est composé de deux activités :

  • D’Ieteren Auto distribue en Belgique les véhicules des marques Volkswagen, Volkswagen Commercial Vehicles, Audi, Seat, Skoda, Bentley, Lamborghini, Bugatti, Porsche et Yamaha. Il est le premier distributeur de voitures en Belgique avec une part de marché de près de 22% et plus d’un million de véhicules des marques distribuées en circulation. Chiffre d’affaires en 2011 : 3,2 milliards d’euros.
  • Belron (détenu à 92,7%) est le leader mondial de la réparation et du remplacement de vitrage de véhicules à travers une quinzaine de marques, dont Carglass, Autoglass et Safelite Auto Glass. 2.000 points de service et 9.200 unités mobiles dans 33 pays sont à la disposition de ses clients. Chiffre d’affaires en 2011 : 2,8 milliards d’euros.

 

Plus de 60 ans d'importation
de Volkswagen en Belgique.

Le 17 mars 1948, Pierre D’Ieteren signait avec l’usine Volkswagen de Wolfsburg un contrat portant sur l’importation en Belgique de la mythique Coccinelle. Ainsi naissait l’une des collaborations les plus fructueuses de l’histoire de l’Automobile. Et cette merveilleuse association n’est toujours pas près de prendre fin. L’occasion de rendre hommage à ses principaux protagonistes, trois personnages-clés dans l’histoire de Volkswagen.

Ivan Hirst (4/3/1916 – 15/3/2000)

Né dans une famille de fabricants de lunettes, cet ingénieur en optique est major dans les Royal Electrical and Mechanical Engineers (REME), l’équivalent britannique des troupes du génie en Belgique, quand la fin de la guerre le met dans la situation de faire usage d’autant d’à-propos que de génie visionnaire.

Ainsi parvient-il non seulement à convaincre les Alliés de ne pas démolir l’immense usine Volkswagen conçue par Ferdinand Porsche, mais encore à lancer – enfin ! – la production civile de LA "voiture universelle" en créant de toutes pièces un management moderne, un réseau commercial et quelques techniques d’après-vente qui feront la réputation de la marque, à l’instar du système des échanges standards. Le 6 septembre 1949, après avoir produit 86.000 voitures, le major Hirst remet les clefs de l’usine à la République fédérale allemande.

Au terme d’une belle carrière d’analyste économique à l’OCDE, à Paris, il mènera une retraite aussi active que discrète dans le Yorkshire.

Ferdinand Porsche (3/9/1875 – 30/1/1951)

Sans doute l’un des génies les plus créatifs de l’histoire de l’Automobile, cet Autrichien né en Bohême est ingénieur responsable du développement des nouveaux produits chez Mercedes quand, en 1928, il a la vision de la Volkswagen en regardant une vitrine d’électroménager où trône la Volksradio, la radio « pour tout le monde ».
Il fonde son propre bureau d’études à Stuttgart en 1931. Sa persévérance, une créativité sans limite, une recherche approfondie du plus menu détail et des essais d’une ampleur encore inédite (3 millions de kilomètres) convaincront les investisseurs et l’État allemand de donner vie au projet. La première Volkswagen sort de chaîne le 3 août 1940, mais sa carrière commerciale ne commencera qu’en 1945, avec le succès planétaire et la longévité que l’on connaît.

Après la guerre, ce détenteur de milliers de brevets aidera son fils Ferry à mettre au point la première voiture qui portera leur nom : la Porsche 356, lancée en 1948.

Pierre D’Ieteren (21/6/1912 – 3/1/1975)

Il incarne la cinquième génération masculine en ligne directe à la tête de l’entreprise familiale qui est sans doute aujourd’hui la plus ancienne au monde à s’être toujours consacrée à la distribution de véhicules et au service à leurs utilisateurs.

Il grandit parmi les automobiles de grand luxe carrossées dans les ateliers familiaux, une activité qui sera touchée de plein fouet par la crise de 1929. Avec son père, Lucien, il orientera alors l’entreprise vers l’importation et la distribution de voitures américaines de série en 1931, avant de se lancer dans leur assemblage dès 1935.

Visionnaire, il comprendra après la guerre que l’avenir sera à la voiture « pour tout le monde » et décrochera le contrat d’importation en Belgique de la Volkswagen le 17 mars 1948. Dès 1954, celle-ci sera assemblée au côté des Studebaker et, plus tard, des Porsche dans l’usine D’Ieteren de Forest (Bruxelles), revendue à Volkswagen au début des années 1970 et désormais exploitée par Audi.